PAVO-méso : deuxième séjour d’étude au Musée National de Préhistoire

Une partie de l’équipe s’est retrouvée du 20 au 23 octobre au Musée National de Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac, pour poursuivre l’étude des collections du Poeymaü, dans le cadre du volet “Mésolithique” du PCR. Cette mission, initialement prévue au printemps, fait suite au travail effectué sur les archives de G. Laplace.

A. Soto et C. Fat-Cheung au travail sur les vestiges lithiques des niveaux mésolithiques

À partir des carnets de fouille, dans lesquels sont listés et coordonnées les vestiges mis au jour durant les campagnes des années 1950, il a été possible d’initier la création d’un modèle numérique du site, permettant la représentation graphique (sous la forme d’une application intitulée “Virtual Poeymaü“) et le traitement par des méthodes de statistiques spatiales des plus de 15 000 objets mis au jour.

L’équipe sur place pour ce deuxième séjour (B. Marquebielle, C. Fat-Cheung et A. Soto, appuyés à distance par S. Plutniak et N. Valdeyron) avait pour objectif de préciser le cadre stratigraphique existant pour la séquence mésolithique. Il s’agissait d’une part de tenter des projections de mobiliers caractéristiques d’un point de vue chrono-culturel, et d’autre part, de sélectionner des pièces pour de nouvelles datations radiocarbones.

En ce qui concerne les projections de mobilier, l’idée initiale était de centrer ce travail sur les armatures lithiques, qui constituent, pour la période mésolithique, les marqueurs les plus pertinents en termes chrono-culturels. Néanmoins, ce projet se heurte au très faible nombre d’armatures mises au jour et cotées par G. Laplace dans les années 1950. Cette absence des armatures, qui avait participé à la définition de l’Arudien par G. Laplace, semble due à une absence de tamisage à l’eau, bien que de nombreuses esquilles lithiques de très faibles dimensions aient été prélevées et coordonnées.

Pré-sélection des vestiges fauniques du niveau FIH pour datation radiocarbone

En ce qui concerne les datations, une série de vestiges de faune a pu être sélectionnée parmi les pièces cotées, marquées et dont les traitements à la paraffine, au moment des fouilles, ne paraissait pas trop important – de tels critères ne permettent d’isoler qu’une faible part des vestiges de faune mis au jour sur le site entre 1950 et 1956. Un lot de pièces a été sélectionné et les prélèvements ont été effectués sur place, pour un envoi au Centre de Datation par le Radiocarbone de l’Université Lyon 1, dans le cadre du programme ARTEMIS.

Les résultats de cette session de travail seront présentés en détail dans le rapport 2020 du PCR. Nous tenons à remercier l’équipe du MNP pour leur accueil et leur aide et notamment C. Cretin, P. Jacquement, S. Madeleine et B. Nicolas.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search