Préhistoire Ancienne de la Vallée d’Ossau : présentation des recherches

Le projet PAVO rassemble une équipe multidisciplinaire et multi-institutionnelle d’une trentaine de personnes travaillant conjointement sur les archives archéologiques et paléoenvironnementales de la basse vallée d’Ossau. Elles ont pour objectif de faire de ce secteur un laboratoire d’étude des relations hommes/milieux pour la préhistoire ancienne dans le piémont pyrénéen. Le potentiel documentaire de la zone étudiée, la richesse et la diversité des travaux anciens et actuels justifient pleinement cette ambition.

La basse vallée d’Ossau : archives naturelles et archéologiques

La période comprise entre il y a 20 000 et 10 000 ans fut le théâtre de plusieurs changements climatiques majeurs à l’échelle mondiale. Les piémonts des massifs montagneux font partie des milieux qui en ont le plus fortement enregistré les effets. La première de ces transformations est l’ouverture d’espaces nouvellement accessibles, à la fin du Dernier Maximum glaciaire, lorsque les glaciers de vallée se retirent progressivement. La seconde est la recomposition graduelle des milieux végétaux et animaux, avec des différences marquées en fonction de l’altitude, lors de l’instauration progressive d’un climat tempéré. Reconstituer précisément ces dynamiques est un enjeu essentiel des recherches paléoenvironnementales. Comprendre comment les chasseurs-collecteurs ont peuplé et exploité ces nouveaux territoires, à l’interface entre montagne et vallée, est une thématique importante des investigations archéologiques.

Dans le domaine pyrénéen, le bassin d’Arudy est un terrain privilégié pour étudier ces dynamiques. Situé sur le versant nord-ouest des Pyrénées, au débouché de la vallée d’Ossau, ce petit bassin glaciaire s’étend vers 400 m d’altitude et est entouré de collines qui le dominent d’environ 150 m.

Vue générale du bassin d’Arudy (au premier plan), au débouché de la vallée d’Ossau, depuis le
nord/nord-ouest. Source : logiciel Google Earth.

Pendant le Dernier Maximum glaciaire, il est occupé par un glacier de vallée. Puis, il y a probablement entre 20 000 et 19 000 ans, ce glacier a régressé et est resté ensuite confiné aux hautes altitudes. Après le retrait du glacier, les traces d’occupation humaine apparaissent en abondance dans la basse vallée : dans un rayon de moins de 2 km autour de la ville d’Arudy, on connaît au moins huit gisements en grotte et en abri, situés en général vers 400-500 m d’altitude, ayant livré un matériel parfois très abondant attribué au Magdalénien moyen et/ou supérieur.

Sites paléolithiques et mésolithiques du bassin d’Arudy. Fond de carte : geoportail.fr

La fréquentation humaine se poursuit à l’Azilien et au Mésolithique dans une partie de ces sites, ainsi qu’immédiatement à l’ouest, dans la vallée d’Aspe. Les gisements du bassin d’Arudy ont fait l’objet de nombreux travaux depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Pour s’en tenir aux gisements ayant livré du matériel paléolithique et mésolithique, on peut citer : la grotte d’Espalungue, la grotte de Saint-Michel, les grottes de Malarode. À partir de 1947, Georges Laplace entreprend des recherches systématiques dans les sites du bassin d’Arudy, avec en particulier des sondages à Espalungue et Saint-Michel suivis par des fouilles dans la grotte du Poeymaü, prolongées par Michel Livache. Plus récemment, Geneviève Marsan avait repris la fouille des grottes d’Espalungue et de Malarode 1 et de l’abri du Bignalats, qui fut aussi fouillé par G. Laplace. Les fouilles dirigées en 2006-2010 dans la grotte de Laa 2 y ont également montré la présence d’une importante séquence d’occupation paléo- et mésolithique. Les fouilles dirigées par J.-M. Pétillon depuis 2012 dans la grotte Tastet, à Sainte-Colome, ont permis de mettre en évidence une stratigraphie du Magdalénien moyen. Cette chronologie est cohérente avec l’attribution proposée pour l’art pariétal de cette cavité. Enfin, des collections et des archives de terrain issues des fouilles anciennes ont fait l’objet de nouvelles analyses, complétées par de nouvelles datations.

Sur le plan paléoenvironnemental, ce secteur présente aussi un important potentiel en archives naturelles, en particulier les formations glaciaires et les tourbières. L’étude des formations glaciaires a permis de mettre en rapport les formations karstiques et les phénomènes glaciaires. L’étude des tourbières et paléolacs situés en vallée d’Ossau ou à proximité ont permis d’étudier cette région des Pyrénées selon un transect altitudinal complet. Les pollens, palynomorphes et charbons contenus dans ces séquences ont notamment permis de documenter la reconquête de la forêt après le Dernier Maximum glaciaire.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search