La découverte d’une nouvelle grotte ornée paléolithique dans les Pyrénées : Saint-Michel (Arudy, Pyrénées Atlantiques)

Récemment, a été publié, dans l’International Newsletter of Rock Art (I.N.O.R.A.), la première découverte d’une grotte ornée d’art paléolithique dans les Pyrénées Atlantiques depuis 1975 (date à laquelle les galeries décorées de la grotte d’Erberua ont été découvertes). La grotte de Saint-Michel (Arudy, Pyrénées-Atlantiques) s’ouvre à environ 450 m d’altitude sur le flanc nord de la colline du même nom, en bordure de l’agglomération d’Arudy.

L’intérêt archéologique de la grotte était connu depuis les deux derniers siècles. Les principales fouilles archéologiques ont été effectuées dans la grotte par F. Mascaraux entre 1888 et 1893. De plus, G. Laplace et son équipe y ont également travaillé occasionnellement entre 1948 et 1970 et, malheureusement, des fouilles clandestines ont également eu lieu dans cette grotte.

Dans le cadre du PCR PAVO nous avons considéré la potentialité de la vallée en termes de densité des grottes utilisées par les groupes humains pendant le Paléolithique, ce qui nous a amenés à une prospection globale pour l’art pariétal.

Dans ce sens, Diego Garate (Instituto Internacional de Investigaciones Prehistóricas de Cantabria -IIIPC-, Universidad de Cantabria) avait fait une première visite prospective dans le bassin avec la spéléologue Patricia Desmonts (Groupe Spéléologique de la Vallée d’Ossau).

Carte et coupe transversale de la grotte Saint-Michel (Arudy, Pyrénées-Atlantiques), avec indication de l’endroit où se trouve le panneau peint. (B. Choze et F. Ichas – Comité Départemental de Spéléologie des Pyrénées-Atlantiques

Cette visite nous a permis de découvrir une série de traits gravés et des taches rouges sur les parois de la grotte de Saint-Michel le 20 novembre 2017. Pendant les travaux menés en 2018, dans lequel ont participé Olivia Rivero (Departamento Prehistoria, Historia Antigua y Arqueología, Universidad de Salamanca), Sergio Salazar et Iñaki Intxaurbe (Departamento de Geología, Euskal Herriko Unibertsitatea), nous avons réalisé une étude approfondie des manifestations graphiques de cette cavité.

L’art pariétal paléolithique de la grotte Saint-Michel

Le secteur orné se trouve dans un panneau situé tout au fond de la grotte, dans une salle inférieure partiellement remplie de matériaux archéologiques et de déblais provenant de la partie antérieure de la grotte. Il s’agit d’une salle de très petites dimensions dans laquelle il faut arriver après une pente qui débouche sur un dénivelé vertical de deux mètres. Les parois sont très altérées à cause de la formation des couches de calcite, toujours active, et de la présence de cyanobactéries qui recouvrent les surfaces. Sur la paroi surplombant une concavité au-dessous de la pente qui amène à la salle inférieure, nous avons identifié plusieurs traits finement gravés qui sont recouverts par la calcite.

Dans un espace de 59 cm × 71 cm et 105 cm au-dessus du sol actuel, se trouvent quatre séries de petits traits alignés simulant un pelage animal. Le relief de la surface suggère la forme d’un bison, mais, si nous nous en tenons aux seules modifications anthropiques, il n’est pas possible d’assurer cette attribution. Dans la même chambre, nous avons trouvé des taches irrégulières rouges mal conservées, parfois recouvertes de calcite. Certaines d’entre elles semblent être accidentelles et leur chronologie est difficile à établir. De nombreux fragments d’ocre sur le sol de la chambre sont probablement liés à ces taches. Dans tous les cas, il y a une ligne rouge anthropique partiellement recouverte de calcite. Il est situé à 100 cm à droite du motif gravé.

Gravures murales dans la grotte Saint-Michel (Arudy, Pyrénées-Atlantiques).

L’importance de la découverte

Le bassin d’Arudy, situé à l’embouchure de la vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques), a fait l’objet de nombreuses fouilles archéologiques depuis la seconde moitié du XIXe siècle, y compris les travaux du PCR PAVO. Cette recherche archéologique a mis en évidence une utilisation intense et prolongée de cette zone par des groupes de chasseurs-cueilleurs du Magdalénien moyen et supérieur. Aujourd’hui, au moins huit grottes avec des traces d’occupation humaine sont connues sur un territoire d’une dizaine de kilomètres carrés autour de la ville d’Arudy. D’après les données disponibles, nous pouvons supposer que cette zone était occupée de 18 000 à 15 000 cal BP. Certains de ces sites contiennent de grands gisements archéologiques avec un grand nombre d’objets d’art mobilier (grottes d’Espalungue et Saint-Michel). Étonnamment, aucun grand ensemble d’art rupestre magdalénien n’est connu dans cette zone intensément occupée. Seules de petites preuves d’art pariétal ont été documentées dans la grotte Sainte-Colome (également connue sous le nom de Grotte Tastet). Cette situation contraste avec le reste du Magdalénien pyrénéen, où les sites d’habitation les plus importants sont étroitement liés à d’importants ensembles d’art pariétal. Le nouvel ensemble Saint-Michel s’y ajoutera comme autre modeste preuve des activités symboliques des groupes humains qui peuplaient le bassin d’Ossau au Magdalénien.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search